septembre 2021 Tiziana Amara

Giuseppe Venturiello et le pouvoir du choix

À l’occasion du discours de Giuseppe Venturiello lors du Meeting Trimestriel, j’ai invité notre coach dans la salle de rédaction et je lui ai demandé de nous raconter l’histoire de son succès, le rôle qu’ont joué la formation et l’environnement. Sans se perdre en termes de courtoisie, voici ce qu’il nous a dit.

Personne ne vient au monde avec le succès, on le devient; le succès se construit, il n’est pas prédéfini. Choisissez de faire ce que vous aimez et de le faire de la meilleure façon possible.

Combien vaut la force du rêve et combien valent les compétences techniques?

90% dépendent du rêve et de vos convictions et le reste de la technique.
Les convictions génèrent la motivation, la motivation entraîne l’action et l’action apporte des résultats.

Quand il s’agit d’agir, les compétences techniques entrent en jeu, parle-nous un peu de ton discours au Meeting Trimestriel.

Tout d’abord, la réussite sans compétence est impossible à atteindre. Nous vivons dans un monde qui évolue rapidement et rien de tel pour acquérir des compétences que d’être un étudiant tout au long de sa vie?

Se sentir toujours comme un étudiant, ne jamais avoir l’impression de réussir, être toujours curieux et désireux d’apprendre. Dans mon discours, j’ai dit que “l’apprentissage est profitable à long terme, comme un trésor qui accompagne son propriétaire partout”. Malheureusement, il ne suffit pas de l’acquérir mais il faut le cultiver comme une fleur afin qu’il ne se fane pas. En matière d’apprentissage, si vous vous arrêtez, vous régressez au fil du temps, ce qui est encore pire.

Il faut acquérir à la fois des soft skills et des hard skills, et sur ces dernières, nous autres, coachs, avec la vision de Tiziano et le soutien du service informatique, avons créé le Business Controller, l’outil qui permet de suivre les différents niveaux de productivité grâce à différents indicateurs, chaque jour, semaine, mois, année. Pour le professionnel, il peut comprendre s’il travaille bien, sur quelles compétences il doit s’améliorer, et pour nous, les coachs, c’est tout aussi fondamental car lorsque vous avez un tableau de bord comme celui-ci, vous pouvez comprendre, évaluer et corriger votre objectif.

D’après ton expérience, dans quelle mesure l’environnement t’affecte-t-il?

Je ne peux m’empêcher de te répondre avec une phrase de mon mentor et actuel coach, Tiziano, qui a été le premier à me transmettre l’importance de la formation dans mon travail. Il dit toujours que” les personnes forment l’environnement et l’environnement forme les personnes” et si nous y réfléchissons, il y a quelques années, Emmanuel Kant a dit que chacun de nous est le fruit de son environnement, donc l’environnement que vous choisissez déterminera les chemins que vous suivrez.

Outre l’environnement familial et l’école, qui façonnent en premier lieu notre polyvalence et notre capacité d’adaptation, dans notre vie personnelle et professionnelle, nous choisissons notre environnement et les modèles dont nous voulons nous entourer, en fonction des rêves que nous voulons réaliser.

Quels étaient tes rêves quand tu étais enfant ?

De 7 à 10 ans, je voulais être pilote de Formule 1 et j’allais souvent sur le circuit près de chez nous, jusqu’à ce que ma mère, en bonne pédagogue, me fasse comprendre que la vitesse n’est pas seulement fascinante mais aussi dangereuse et me dirige vers mes études. Il se trouve que l’environnement familial a pris le dessus sur mon rêve, tout d’abord à l’âge de 12 ans, lorsque mon rêve était de devenir médecin, puis à 16 ans, j’ai décidé que je voulais enseigner: les deux ont satisfait mon désir d’aider les autres. En fait, je pense que ces professions, comme le coaching, répondent à la mission d’aider les autres à s’améliorer constamment.

Les décisions changent votre vie, quels que soient les obstacles, même ceux qui semblent plus grands que nous, comme lorsque, à l’âge de 20 ans, inscrit à la faculté de littérature moderne, j’ai quand même décidé de prendre l’avion qui devait m’emmener à Londres pour participer à un semestre Erasmus. C’était en septembre 2001 et je dois encore remercier mes parents pour l’énorme confiance qu’ils ont toujours eue en moi.

Aujourd’hui, je me rends compte à quel point ma vie aurait été différente si je n’avais pas été aussi têtu: à Glasgow, j’ai rencontré tant de personnes qui se sont révélées être des compagnons de voyage exceptionnels, partis de rien mais avides de réussite, et avec qui j’ai créé un environnement gagnant d’échanges continus; à Glasgow, j’ai appris la rigueur de la discipline, puisque la bourse Erasmus ne suffisait pas et que je devais toujours travailler comme “cleaner”, en plus de passer des examens et de rentrer tard le soir, bien sûr !

Comment êtes-vous devenu un agent immobilier?

Lorsque je suis revenu à Bellizzi après la période Erasmus, tout en poursuivant mes études, je cherchais du travail et un ami m’a parlé pour la première fois d’une agence immobilière qui cherchait du personnel. Je vais vous dire comment j’étais: je ne savais même pas ce qu’était une agence immobilière !

J’ai laissé mon CV, une fille a organisé un entretien avec le propriétaire et ça s’est bien passé, j’ai donc commencé le lendemain. Je ne connaissais pas vraiment le métier, je n’avais même pas de costume et de cravate dans ma garde-robe, je partais de zéro !

Il est vrai que la chance sourit aux plus audacieux: la fille que j’ai interviewée est devenue ma partenaire actuelle, qui nourrit une immense passion pour notre travail.

C’était difficile? Même plus. J’ai commencé sans rien savoir, mais j’ai parcouru des kilomètres à la recherche de missions qui ne sont pas venues pendant toute une année. Je pense qu’un autre gars de mon âge aurait abandonné en pensant qu’il n’était pas fait pour ce métier. J’ai continué parce que j’avais décidé que je voulais être un bon agent immobilier et ma persévérance a été récompensée par l’arrivée des premières missions de vente, qui sont devenues de plus en plus nombreuses.

Cette conviction a été confirmée lors d’une rencontre légendaire avec Tiziano dans une agence de Salerne, que je n’oublierai jamais: j’ai été frappé par ce jeune formateur de 38 ans originaire de Toscane, qui m’a submergé par son enthousiasme et m’a donné envie de travailler à ses côtés comme formateur pour professionnaliser le statut de l’agent immobilier.

Après diverses péripéties – quels sont les travailleurs indépendants qui n’en ont pas ? – Je me suis installé à mon compte en 2006 et j’ai poursuivi mon chemin en tant que formateur et coach, en gardant toujours à l’esprit mon objectif: non pas être le meilleur agent, mais être chaque jour meilleur que le jour précédent, certainement différent des autres.

Naturellement, mon chemin n’a pas été sans obstacles non plus, mais comme je le dis toujours, il ne faut pas s’attendre à l’absence d’obstacles, la grande force réside dans le fait d’avoir un rêve qui est plus grand que vos excuses et vos obstacles.

Vos choix en tant qu’agent immobilier vous ont-ils permis de poser des bases solides pour votre activité?

Découvrez-le en participant au cours Les 4 piliers de la réussite immobilière les 26-27-28 octobre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *